La vie qu'on mène

La vie qu'on mène

Portrait de Gabrielle Chanel

La femme qui lit s'ouvre sur une note écrite de la main de Gabrielle Chanel : « La vie qu'on mène est toujours peu de chose, la vie qu'on rêve, voilà la grande existence parce qu'on la continuera au-delà de la mort ». Depuis son plus jeune âge, Gabrielle Chanel a fait des livres ses compagnons ; au fil du temps les lectures de jeunesse cèdent la place à un goût prononcé pour la littérature et la poésie, stimulé par sa liaison avec Arthur Capel qui achève de faire d'elle une grande lectrice.

Mais fréquenter les livres relève toujours d'un paradoxe : c'est le silence de ses lectures qui éveille Gabrielle Chanel au monde, lui permet de s'en échapper, de rêver son destin, de se construire en trouvant dans les ouvrages qu'elle conserve jalousement la force et les moyens d'écrire sa propre légende...

Dans l'appartement de Gabrielle Chanel au 31 rue Cambon, les rayonnages de sa bibliothèque occupent les murs, présence rassurante des auteurs qui lui enseignent comment bâtir et incarner son œuvre. À la manière des poètes et écrivains qu'elle admire, Gabrielle Chanel parviendra à imposer un vocabulaire et un style, tout comme elle fera de sa vie un roman.

Top